Nos propositions citoyennes

l’enfouissement de l’autoroute A1 AVEC traitement des effluents.

Nos organisations, après avoir exploré les domaines du possible dans le cadre de la construction de la Métropole du Grand Paris, proposent un scenario :

Qui traite l’ensemble des nuisances générées par l’autoroute A1 dans nos quartiers

Qui place résolument notre territoire comme Laboratoire de la Transition Ecologique Urbaine.

Enfouir l’autoroute A1, dans le cadre des aménagements du Grand Paris et des JOP

Réaménager les circulations structurantes

Reconstituer une continuité urbaine et garantir la neutralité économique du projet

Mettre en œuvre la Transition Ecologique : un tunnel intelligent nouvelle génération

Traiter et recycler les effluents gazeux

Convertir les nuisances en ressources renouvelables

Optimiser la multimodalité des transports.

Enfouir l’autoroute A1, dans le cadre des aménagements du Grand Paris, du Landy au barreau de liaison A86/A1 :

L’enfouissement de l’A1 est la seule solution permettant conjointement d’en réduire les nuisances, supprimer les fractures urbaines et restaurer une qualité de vie « normale » dans les quartiers. Le tunnel supprime le bruit en surface et permet de collecter les rejets gazeux en vue de leur traitement. En supprimant les emprises autoroutières au sol, il permet de restituer une unité urbaine à Saint- Denis et un rattachement de la Courneuve au parc Georges-Valbon.  Il s’inscrira dans la continuité du tunnel du Landy pour franchir le canal de Saint-Denis en souterrain et  resurgir au « barreau de liaison ».

Dans une première hypothèse, le projet porté exclusivement par nos trois organisations dionysiennes avait vocation à s’arrêter  au niveau des stations services, soit une longueur  de 2,7 km.  La mobilisation des habitants et des élus de Saint-Denis, La Courneuve et Stains, la volonté de préserver la biodiversité du Parc Georges-Valbon et d’améliorer sa connexion à la ville, plaident pour une extension jusqu’au « barreau de liaison A86/A1 »  soit 4,5 km de long.

Réaménager les circulations structurantes :

L’enfouissement de l’autoroute A1 crée une nouvelle dimension (au sens propre) qui permet de projeter  une restructuration complète du réseau routier et autoroutier :

Un échangeur complet et compact entre les autoroutes A1 et A86  (carte).

Le maintien du diffuseur Stade de France assurant la desserte sud du Canal

La création d’un échangeur au Nord du Canal pour desservir la Porte de Paris, le sud du Centre ville, les quartiers Bel Air et Franc Moisin.

L’arasement du toboggan Lamaze et la création d’un diffuseur avec la N186 (côté La Courneuve) et la N 401 (axe Lamaze-Cachin) qui sera aménagé en boulevard urbain.

La création d’un diffuseur complet (A1/N301) assurant la desserte de St Denis Nord Est, La Courneuve (6 Routes) et Stains.

Le réaménagement du Parking Montjoie qui pourrait être porté à une capacité de 1 000 véhicules, pour les transitants poursuivant en transports collectifs.

Cette logique de boulevard urbain enfoui, avec ses dessertes locales irrigant les réseaux secondaires, à l’instar d’un périphérique, permet de réduire la circulation parasite dans les quartiers ;  elle permet de gagner en efficacité tout en réduisant les nuisances.

Cette configuration induit la suppression du viaduc à la Porte de Paris et le passage de l’A1 sous le canal. Elle permet la suppression des bretelles entre l’A1 et l’A86 via le Boulevard Anatole France à la Porte de Paris et l’arasement du viaduc Lamaze. Nous pourrons alors parler d’une véritable insertion urbaine des autoroutes.

Reconstituer une continuité urbaine et garantir la neutralité économique du projet :

L’enfouissement de l’autoroute A1 entre le Tunnel du Landy et La Courneuve libère de l’ordre de 25 hectares et recrée une unité urbaine. Ce «nouveau territoire» constitue un Trait d’Union en connectant :

sur l’axe Est-Ouest, les « Pôles d’intensité » de la Gare des 6 Routes au secteur Pleyel qualifié de « tête de réseau » avec son projet de Gare-pont.

sur l’axe Nord-Sud, les zones d’habitat dense (Bel Air, Franc Moisin, Cosmonautes) au Centre Ville de Saint Denis.

La Courneuve-ville et le parc Georges-Valbon, elle permet une urbanisation qui réconcilie les objectifs de densité urbaine autour de la nouvelle gare des 6 Routes avec les souhaits de la population actuelle et à venir de profiter des ressources de biodiversité offertes par le parc classé Natura 2000.

Au-delà, cette réalisation permet une valorisation augmentée de tous les programmes voisins :

Le retour inéluctable du Fort de l’Est « à la vie civile », 28 ha à ré-urbaniser

Les zones sud de la ZAC Porte de Paris jusqu’à Pleyel, 15 ha à ré-urbaniser

Les zones en réserves autour du Parc de la Courneuve.

Les plus-values potentielles des projets urbains situés dans la zone d’influence du projet d’enfouissement de l’autoroute A1 et de restructuration des circulations couvriraient, selon nos consultations,  les coûts du projet. Il en résulte donc une neutralité économique voire un bonus financier auquel s’ajoute un bénéfice social et sanitaire significatif.

Pour capter et optimiser ces plus-values foncières, il pourrait être opportun que les collectivités créent une (ou des) structure(s) ad’hoc. Le maintien du logement social peut être préservé avec le déploiement de nouveaux outils tel le « bail réel immobilier relatif au logement” (BRILO) : la propriété temporaire appliquée au logement.