Article

Réaménager les circulations structurantes

L’enfouissement de l’autoroute A1 crée une nouvelle dimension (au sens propre) qui permet de projeter  une restructuration complète du réseau routier et autoroutier :

Un échangeur complet et compact entre les autoroutes A1 et A86  (carte).

Le maintien du diffuseur Stade de France assurant la desserte sud du Canal

La création d’un échangeur au Nord du Canal pour desservir la Porte de Paris, le sud du Centre ville, les quartiers Bel Air et Franc Moisin.

L’arasement du toboggan Lamaze et la création d’un diffuseur avec la N186 (côté La Courneuve) et la N 401 (axe Lamaze-Cachin) qui sera aménagé en boulevard urbain.

La création d’un diffuseur complet (A1/N301) assurant la desserte de St Denis Nord Est, La Courneuve (6 Routes) et Stains.

Le réaménagement du Parking Montjoie qui pourrait être porté à une capacité de 1 000 véhicules, pour les transitants poursuivant en transports collectifs.

Cette logique de boulevard urbain enfoui, avec ses dessertes locales irrigant les réseaux secondaires, à l’instar d’un périphérique, permet de réduire la circulation parasite dans les quartiers ;  elle permet de gagner en efficacité tout en réduisant les nuisances.

Cette configuration induit la suppression du viaduc à la Porte de Paris et le passage de l’A1 sous le canal. Elle permet la suppression des bretelles entre l’A1 et l’A86 via le Boulevard Anatole France à la Porte de Paris et l’arasement du viaduc Lamaze. Nous pourrons alors parler d’une véritable insertion urbaine des autoroutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *