Une lourde responsabilité politique !

Suite à leurs travaux le Collectif Lamaze, le Comité Porte de Paris et l’Union des Associations des Riverains du Stade de France :

1) rappellent que :

– l’enfouissement de l’A1 du tunnel du Landy à La Courneuve (barreau de jonction) représente un tunnel de 4,5 km et un investissement de l’ordre de 500 Millions d’euros (selon des rapprochements à des ouvrages semblables : le tunnel sous la Manche fait 35 km et celui du Saint-Gothard 57 km sous les Alpes).

– La Société du Grand Paris va réaliser 144 km de tunnels pour le métro Grand Paris Express.

– le coût rapporté au kilomètre parcouru sur une durée de 50 ans est de moins de 2 cts d’Euros/trajet (base trafic 2010).

2) indiquent que :

– les coûts d’infrastructure peuvent être largement compensés par la plus value des programmes situés dans les périmètres impactés et les surfaces à viabiliser récupérées. La mise en place d’une Foncière peut permettre la maîtrise du foncier par la collectivité publique.

– si rien n’est fait, ce sont des dépenses « sparadraps » de courte vue, une santé dégradée et ses conséquences (absentéisme, frais de santé, réduction de l’espérance de vie), des quartiers « hors la ville », une image dégradée persistante.

– l’enfouissement de l’A1 et le traitement des effluents créeront une dynamique sur le territoire.

– un investissement partagé et amortissable, générant des emplois locaux directs, des surfaces à urbaniser, un foncier revalorisé, une ville recousue et apaisée, une attractivité améliorée, une diminution de l’accidentologie.

– des charges d’exploitation avec, en face, des emplois et expertises réplicables, une production d’énergie d’origine renouvelable, la récupération de métaux rares, des crédits carbone, une santé retrouvée des populations. La réalisation d’un démonstrateur de transition écologique dans ce contexte  sera porteuse d’opportunités de valorisation internationale des techniques et des savoir-faire des entreprises du territoire.

3) Notent l’émergence de projets intéressant le territoire ou sa proximité immédiate :

– le projet d’embellissement du parcours de l’autoroute A1 à destination des touristes (projet Donnedieu de Vabres)

– le projet de création d’une « Vallée agricole » de Roissy à la Porte de la Chapelle porté par le Groupe agricole In Vivo.

– la proposition d’insertion urbaine des autoroutes par l’APUR

– la proposition de couverture ou d’enfouissement du périphérique parisien.

L’ensemble de ces projets identifie une partie des nuisances ou désagréments, en particulier à l’attention des transitants. Les solutions proposées ne traitent pas les nuisances aux populations et salariés, en particulier dans la zone à forte densité urbaine. En revanche, notre proposition d’aménagement constitue un support qui permet la réalisation facilitée voire conjointe de ces différents projets.

4) –  demandent l’inscription de l’enfouissement de l’A1 comme objectif à part entière de l’État, la Région, la Métropole du Grand Paris, le Conseil Départemental de Seine Saint Denis, Plaine Commune et les villes riveraines, avec lancement immédiat des études préalables et complémentaires.

Nous demandons les moyens de participer à l’instruction de ce projet et des enquêtes publiques ;

Nous portons la création d’un Comité pour l’enfouissement de l’A1 rassemblant habitants, salariés, usagers, entreprises, élus, associations…

L’enfouissement de l’autoroute A1 sera la démonstration d’une volonté forte de réparer le territoire et un signe majeur d’amélioration environnementale et sociale porté sur la scène mondiale. Cela contribuera à la revalorisation de l’image internationale du territoire et constituera et un formidable « héritage » pour les populations (habitants et salariés) actuelles et futures dans la logique d’héritage des Jeux Olympiques et Para-olympique de 2024.